L’effet Resist a fait son apparition dans le monde du scrapbooking et du Mixed Media il y a maintenant quelques années. Plusieurs techniques se sont développées pour obtenir cet effet, et elles ont chacune leurs particularités. Découvrez ici les nuances qu’apportent ces différentes techniques pour vos réalisations.

Cet article a pour but de vous présenter les techniques permettant un effet Resist ainsi que leurs avantages / inconvénients. Si vous souhaitez plus de détails pour leur réalisation, je vous invite vivement à lire ou visionner les tutos, très bien réalisés, déjà présents sur internet.

Définition :

L’effet Resist consiste à faire ressortir le motif d’un tampon tout en conservant le motif et la couleur du support initial (ça paraît compliqué dit comme ça, mais c’est tout le contraire!). Cet effet permet une nouvelle utilisation de vos tampons et même de vos pochoirs et masques selon les techniques.

Découvrez 8 techniques de Scrapbooking et de Mixed Media pour un effet Resist

Pour cette comparaison, j’ai utilisé pour toutes les techniques :

  • des fiches Bristol blanches 75×125
  • Encres Distress Ink de Ranger (Seedless preserves et Picked raspberry)
  • Un tampon acrylique de la marque Prima

Bien passons au choses sérieuses!

Techniques 1 et 2 : Les poudres à embrosser

Oui, vous avez bien lu : 2 techniques avec les poudres à embrosser! Je vais tout vous expliquer…

Effet Resist avec de la poudre à embrosser blanche (à gauche) et transparente (à droite).

1- La première « vrai » technique qui permet l’effet Resist est avec la poudre à embrosser transparente.

Méthode :

  • Tamponner son motif avec une encre transparente type Versamark sur le support.
  • Appliquer la poudre à embrosser transparente puis embrosser le motif avec le pistolet chauffant.
  • Appliquer les encres Distress avec une mousse sur le motif et le support.
  • Enlever le surplus d’encre sur le motif embrossé avec un chiffon.

Avantages :

  • Le motif apparaît très clairement.
  • Il est possible d’imprimer des motifs assez fin.
  • Le support est bien visible à travers l’embrossage.
  • L’embrossage donne un aspect brillant au motif tamponné et il est possible d’utiliser des poudres transparentes avec effet holographique, iridescent, etc…
  • Le rendu est facilement maîtrisable. J’entend pas là qu’il est facile de prévoir l’endroit et le visuel final sur la création.
  • Utilisation avec les encres à base d’eau (pigment ink, dye ink) et à séchage lent à base d’huile (type Versafine).

Inconvénients :

  • Un embrossage trop chauffé peut donner un aspect « mouillé » parfois indésirable.
  • Utilisation impossible avec les encres à solvant (type Stazon), car elles colorisent également le motif embrossé.
  • Si vous utilisez des encres en spray, des aquarelles ou tout autre type de colorisation liquide autour de l’embrossage , il est possible que les fibres de votre support conduisent la couleur sous le motif embrossé. Bref, ça bave…

2- D’où la technique suivante pour éviter « que ça bave » : avec la poudre à embrosser blanche!

Ce n’est pas tricher mais s’adapter à son support!

La méthode est la même que précédemment mais avec une poudre à embrosser blanche. Sur une feuille blanche on n’y voit que du feu. Vous pouvez utiliser d’autres couleurs de poudre selon le support, mais je trouve que l’on perd un peu l’esprit de l’effet Resist qui est de conserver l’aspect visuel de support à travers un motif tamponné.

Comparaison de la poudre à embrosser blanche (à gauche) et transparente (à droite) pour un effet Resist en scrapbooking et Mixed Media.

Avantages :

  • Contrairement à la poudre à embrosser transparente, vous évitez tout risque que les encres liquides et aquarelles « bavent » sous le motif. C’est idéal pour les papiers blancs très fibreux.
  • Le motif apparaît très clairement.
  • Il est possible d’imprimer des motifs assez fin.
  • L’embrossage donne un aspect brillant au motif tamponné.
  • Le rendu est facilement maîtrisable. J’entend pas là qu’il est facile de prévoir l’endroit et le visuel final sur la création.
  • Utilisation possible avec les encres à base d’eau (pigment ink, dye ink) et à séchage lent à base d’huile (type Versafine).

Inconvénients :

  • On perd un peu de l’esprit « effet Resist » lorsqu’on l’utilise sur un support non blanc car le support n’est plus visible.
  • Utilisation impossible avec les encres à solvant (type Stazon), car elles colorisent également le motif embrossé.

Technique 3 : L’eau

L’eau est notre allié le plus précieux, y compris sur notre table de scrap! Et en plus c’est pas cher!

Effet Resist à l’eau en scrapbooking et Mixed Media.

Méthode :

  • Appliquer les encres Distress avec une mousse sur le support.
  • Appliquer une fine couche d’eau sur votre tampon puis tamponner le support.
  • Soit vous laissez sécher le motif tamponné pour un effet peu marqué, soit vous retirez le surplus d’eau et d’encre en tamponnant un Sopalin quelques secondes après le tamponnage.

Avantages :

  • Pas besoin de beaucoup de matériel.
  • Cette technique fonctionne avec des tampons mais également en brumisant directement de l’eau sur le support pour faire des traces de goutte ou des fonds.
  • Vous pouvez dessiner votre propres motifs avec un pinceau à réservoir d’eau.
  • Utilisation possible avec des masques et pochoirs.

Inconvénients :

  • Cette technique n’est possible qu’avec des encres diluables dans l’eau.
  • L’impression du motif n’est pas très net, mais c’est ce qui lui donne son charme pour du Mixed-Media ou pour un travail de fond de page.
  • Le rendu n’est pas facilement maîtrisable. L’intensité de la décoloration est très variable en fonction du type d’encre, du temps de séchage de l’encre, de la quantité d’eau, du type de papier, etc… Et une goutte d’eau qui tombe à côté, de l’eau qui stagne dans le motif du tampon vous donnerons un tout autre motif… laissez vous surprendre!

Technique 4 : le fluide de masquage

Le fluide de masquage nous vient des techniques d’aquarelles. C’est un liquide un peu épais (comme de la colle), initialement à base de latex, qui une fois sec, permet de masquer des zones du papier le temps d’appliquer l’encre. Il faut ensuite le retirer à l’aide d’une gomme (ou de son doigt!). Il existe plusieurs type de fluide de masquage : avec ou sans colorant, base de latex ou non… et plusieurs type d’emballage : en pot pour une application au pinceau ou en stylo.

Effet Resist avec fluide de masquage.

Pour cette technique, j’ai reproduit le motif du tampon à main levée avec un pinceau et le fluide de masquage. Je ne me suis pas risquée à appliquer le fluide sur le tampon mais si d’aventure vous tentez le coup : faites nous part de votre expérience en commentaire!

Méthode :

  • Appliquer ou dessiner votre motif avec le fluide de masquage.
  • Attendre que le fluide soit bien sec!
  • Appliquer les encres Distress avec une mousse sur le motif et le support. Attention : le faire en douceur sous peine d’enlever le film de masquage trop vite.
  • Attendre un peu que l’encre soit bien sèche.
  • Enlever le film de masquage avec une gomme ou le doigt.

Avantages :

  • Utilisation possible de tous les types d’encres.
  • Vous pouvez dessiner vous même le motif de l’effet Resist.
  • Le rendu est assez maîtrisable si vous êtes doués en dessin et facilité avec un applicateur stylo pour les motifs précis.

Inconvénients :

  • Il faut attendre que le fluide de masquage soit bien sec. Et c’est pas facile lorsqu’on est lancé dans sa réalisation et qu’on fait des grosses gouttes, comme moi, en plein milieu du motif…
  • Le motif est assez net mais attention toutefois aux papiers trop fibreux qui peuvent faire des « bavures » comme pour la poudre à embrosser transparente.

Technique 5 : l’eau de javel

J’ai appris cette technique par Ana Bondu lors d’une crop à Sénas il y a quelques années. Je n’ai pas toujours de la javel liquide chez moi mais je me suis fait un petit pot avec une pastille de javel dissoute. Cette technique donne des effets très surprenants selon les encres et les couleurs. Elle est à utiliser plus particulièrement pour des effets de fond ou des motifs à main levée. L’effet Resist avec la javel ne sera jamais complètement blanc comme avec les autres techniques. Enfin il est possible d’appliquer la javel sur un tampon en caoutchouc mais je ne m’y suis pas risquée sur un tampon clear.

Effet Resist avec de l’eau de javel!

Attention toutefois à la manipulation de la javel sur votre plan de travail et à réserver des pinceaux spéciaux pour cette technique.

Méthode :

  • Appliquer les encres Distress avec une mousse le support.
  • Appliquer ou dessiner votre motif avec un pinceau imbibé d’eau de javel.
  • Laisser sécher, la javel fait tout le travail! Ne pas sécher.

Avantages :

  • Pas besoin de beaucoup de matériel.
  • Donne un effet unique et surprenant à chaque réalisation.
  • Vous pouvez dessiner vous même le motif de l’effet Resist.
  • Utilisation avec les encres à base d’eau (Dye et pigment) et sur les Brushos.
  • Utilisation possible avec des masques et pochoirs.

Inconvénients :

  • Utilisation impossible sur les encres à base de solvant.
  • Le rendu est très aléatoire en fonction du type d’encre, de la concentration de la javel et de votre support.
  • L’odeur lors de l’utilisation et les précautions d’usage avec l’eau de javel.
  • Attention également, si votre support n’est pas blanc, la javel peut interférer avec.

Technique 6 : La Gelli plate ou plaque d’impression

J’ai expérimenté la Gelli plate il n’y a pas longtemps avec Ana Bondu et j’ai découvert de nombreuses techniques avec des effets fantastiques, mais ici n’est pas le sujet! Je vais vous expliquer une seule technique (mais il en existe de multiple) pour faire un effet Resist simple avec une Gelli plate.

Réaliser un effet Resist avec la Gelli plate.

Méthode :

  • Appliquer les encres Distress Ink de façon uniforme sur la Gelli plate à l’aide d’un rouleau brayer.
  • Tamponner votre motif non encré directement sur la Gelli plate. C’est le tampon qui retire le surplus d’encre de la Gelli plate.
  • Poser le support sur la plaque d’impression et presser la avec votre main.
  • Retire votre support et observer le résultat!

Avantages :

  • Utilisation avec les encres à base d’eau (pigment ink, dye ink), à séchage lent à base d’huile (type Versafine) et avec de la peinture acrylique.
  • Le motif apparaît clairement et il est possible d’imprimer des motifs assez fin.
  • L’impression donne un aspect lisse et sans bavure.
  • La technique est rapide et le résultat immédiat.
  • Utilisation possible avec des masques et pochoirs.

Inconvénients :

  • Avoir une plaque d’impression (c’est un petit investissement mais ça en vaut le coût!)
  • Le motif apparaît en miroir.
  • Ne pas utiliser des produits et d’encres à base de solvant sur la plaque, sous peine de la voir détériorer de façon définitive.
  • Le rendu n’est pas aussi net qu’avec la poudre à embrosser.

Technique 7 : Distress Micro Glaze ou autres cires et Vaseline.

Ces produits rendent votre support imperméable (waterproof) et sont surtout utilisés pour protéger un support déjà encré ou colorisé. Dans l’idée, ils se rapprochent du fluide de masquage mais une fois appliqué ils pénètrent dans les fibres de papier et ne peuvent s’enlever complètement. C’est pourquoi je considère que le technique est différente du fluide de masquage.

Effet Resist avec la Distress Micro Glaze de Ranger.

Pour cette méthode, j’ai utilisé la Distress Micro Glaze de Ranger. Elle s’applique au doigt (ou au coton tige) et il est donc difficile de faire un motif complexe. Je pense qu’il est possible de l’appliquer sur un tampon mais la texture épaisse de la cire me laisse à penser que peu de produit se déposera sur la feuille et qu’il sera compliqué ensuite de nettoyer correctement le tampon. Si vous avez essayé : racontez nous votre expérience en commentaire!

Méthode :

  • Appliquer ou dessiner le motif à la Distress Micro Glaze avec votre doigt ou un coton tige.
  • Laisser sécher! Et sans pistolet chauffant…
  • Enlever le surplus avec un Sopalin.
  • Appliquer les encres Distress avec une mousse le support.

Avantages :

  • Utilisation possible de nombreux types d’encre. Je n’ai pas essayé les encres à solvant mais normalement ça devrait marcher.
  • Conserve complètement la couleur et la texture du support initial.
  • Permet de dessiner ses propres motifs.
  • Rend le motif imperméable, évite les bavures.
  • Utilisation possible avec des masques et pochoirs.

Inconvénients :

  • Rend le motif complètement imperméable et ne permet pas la superposition d’autres techniques.
  • Utilisation difficile avec un tampon.
  • Le temps de séchage.
  • Il est difficile de faire des motifs fins et détaillés.

Technique 8 : Le papier paraffiné de Cartoscrap

En préparant cet article, j’ai découvert une technique inédite pour un effet Resist sur le blog de Cartoscrap. Vous trouverez toutes les explications sur le lien. Comme quoi il n’y a que l’imagination qui nous limite!

Je n’ai pas fait de test avec cette technique du papier paraffiné car j’en ai pas chez moi. Je pense que l’idée reste la même qu’avec la Distress Micro Glaze et autres cires : imperméabiliser le support par endroit. Cette nouvelle technique semble être plus appropriée pour texturer les fonds de page sans motif particulier.

Ne l’ayant pas tester moi même, je vous propose de vous faire votre propre expérience et de venir la partager ici!

Bref il existe de nombreuses façon d’obtenir un effet Resist et j’en ai très certainement oublié. Chaque technique a son intérêt et il devient possible de faire un effet Resist sur toutes vos réalisations. J’espère que cet article vous a inspiré et que vous allez oser de nouvelles expériences.

Si cet article vous a plu : partagez le, commentez le et abonnez vous à la newsletter!