L’éducation bienveillante est à la mode, mais pas que… Elle fait également partie d’une nouvelle philosophie de vie et de transmission des valeurs entre les générations. Et c’est bien pour cela que j’ai choisis de m’y intéresser !

Comme tu le sais, peut-être déjà,  sur l’Âme du Fait-main je ne fais pas que parler de loisirs créatifs car une vie créative passe également par les petites choses, qui font les grandes choses, du quotidien. Aujourd’hui j’ai souhaite te parler de l’éducation bienveillante et de ce que cela à impliquer pour moi.

En effet depuis la naissance de mon P’tit Bout de Chou (qui a maintenant 5 ans), je suis passée par plusieurs étapes / styles d’éducation pour trouver ce qui nous correspondait le mieux dans notre foyer. Autant te dire tout de suite :  » rien n’est acquis et tout est en constante évolution ! «  Parfait pour une vie constamment créative… ou pas…

Rappel des principes de l’éducation bienveillante

C’est assez marrant de rechercher « éducation bienveillante » sur un moteur de recherche. Bizarrement il n’y a pas de page Wikipédia sur le sujet ! Et quand tu lis les différents articles sur le sujet, tu remarques vite qu’il n’y a pas vraiment une définition unique mais que chacun a sa propre façon d’interpréter les termes « éducation bienveillante ».

Lors de mes lectures web, j’ai retenu 2 articles sur le sujet :

Et voici les principes que j’en ai retenu. L’éducation bienveillante est basée sur :

Elle s’appuie sur :

  • le respect de l’enfant en tant qu’être humain.
  • l’empathie avec l’enfant.
  • la prise en compte des besoins de l’enfant.
  • les compétences de l’enfant en fonction de son âge (ou plus exactement de son développement physiologique).

C’est vrai que l’éducation bienveillante regroupe beaucoup de notions mais ce qu’il faut retenir c’est qu’un enfant a besoin et a le droit aux mêmes égards qu’un adulte avec tout le respect qu’il se doit.

Et pour clôturer ce chapitre un peu technique, je ne peux que te conseiller la lecture d’un livre qui m’a aidé à comprendre un peu mieux mon Bout de Chou et ce que veut dire « être enfant » : « Pour une enfance heureuse » du Dr Catherine Gueguen.

Facile à dire!

Nous voici au cœur de cette article! Car tous les grands principes cités ci-dessus sont très sympa à lire… mais beaucoup moins à comprendre… et encore moins à appliquer au quotidien !

Le commencement

Quand je suis devenue Maman j’ai d’abord reproduit l’éducation que j’avais reçu sans trop me poser de questions. Après tout, je ne me suis pas trop mal débrouillée dans ma vie, donc mon éducation ne devait pas être trop mauvaise… et pourtant. Je me suis aperçue aux fils des mois que j’essayais toujours d’imposer mes décisions à mon Bout de Chou, sans trop prendre en compte ces réclamations. « Les enfants ne savent pas ce qui est bon pour eux… » Et puis vers ces deux ans, nous avons eu le droit à une sacré période de crises à se rouler parterre et partir en courant (très flippant quand on est dans la rue). A bout de nerf, j’ai continué à reproduire mon éducation… dont la fameuse fessée aujourd’hui interdite. Et c’est là qu’avec mon Homme, nous nous sommes réellement remis en question :

  • d’une part cela ne calmait pas le Bout de Chou, au contraire.
  • d’autre part personne n’y trouvait son compte. Nous le faisions souffrir, ce qui n’était pas le but recherché, et en plus nous culpabilisions.

Il était temps de changer de type d’éducation !  C’est comme cela que je me suis mise à lire différente chose sur le sujet.

Les difficultés

Ma première difficulté est que je n’ai pas du tout reçu une éducation bienveillante (en tout cas pas sur tous les aspects). Comment savoir si ce que je vais dire ou faire en tant que Maman va être bon ou moins bon pour mon Bout de Chou ? Il parait que si tu te poses déjà ce genre de questions c’est que tu es sur la bonne voie 😉 Bref il faut se jeter à l’eau et faire des tests in situ. J’ai donc mis en place quelques petites choses au quotidien :

  • un vrai « coin » pour être punit. Et toujours trouver un vrai « coin » sécurisé où que l’on soit si une colère arrive, pour attendre qu’elle passe.
  • des règles à la maison à peu près valable pour tous car je n’ai pas besoin de dire à mon Homme de faire quelque chose sans râler par principes 😉 (oui oui à la façon de Super Nanny, et c’est super efficace, même si l’enfant ne sait pas lire ! )
  • arrêt des fessées.

Cela c’est fait progressivement mais a réussit à s’installer dans la durée et à changer nos habitudes. Le revers de la médaille est d’entendre notre Bout de Chou nous retourner les règles de la maison… c’est pas toujours facile à accepter…

Ma seconde difficulté et non des moins est qu’un changement d’habitudes, de mode de vie et de réflexe demande beaucoup de temps et d’énergie. Il nous avait fallut un moment pour comprendre que nous ne souhaitions pas reproduire exactement la même éducation que nous avions reçu. Il nous en a fallut tout autant, voire plus, pour apprendre une autre manière de faire et pour la changer. Et de nos jours le temps et l’énergie est quelque chose de rare…

C’est logiquement que je te présente ma troisième grande difficulté et toujours d’actualité : « quand je suis fatiguée, les vieux réflexes reviennent vites ! « . Avec le temps j’essaye de présenter les choses de façon positive et d’y trouver un intérêt pour le Bout de Chou ; de crier le moins possible pour lui faire faire quelque chose (car de tout façon ça ne fonctionne pas…). Mais quand je suis fatiguée ou que la journée s’est mal passée… ben, ma grosse voix hystérique reprend le dessus… Pas facile à vivre ni pour lui, ni pour moi quand je le vois se figer sur place à l’annonce d’un « TOUCHE PAS A ÇA !  » Il faut dire que la communication non violente n’est vraiment pas mon fort…

Tu comprendras que les beaux principes de l’éducation bienveillante ne restent que des « principes ». En vrai, avec mon Homme, nous nous en sommes inspirés pour changer notre façon de transmettre et d’interagir ensemble. Et personne n’est parfait, chacun doit faire avec les humeurs des autres…

Pour une vie créative…

Comme je l’ai rapidement dit en ce début d’article :

 » rien n’est acquis et tout est en constante évolution ! « .

Un enfant grandit et évolue avec le temps, tout comme les adultes. Nous devons donc adapter nos règles, nos besoins et nos méthodes en fonction des périodes de la vie tout en respectant nos valeurs. Créatif mais pas toujours facile !

Par mon vécu, j’ai compris que je faisais partie d’une génération charnière à bien des égards dont l’éducation fait partie (Vive les années 80 ! ). Et qu’en changeant mon modèle d’éducation maintenant, je changeai aussi la méthode de transmission de nos valeurs pour les enfants de demain (oui, je vois déjà ma lignée de petits enfants 😉 ).

Enfin pour reprendre l’article du Zozomunm :

« Et puis au lieu de digérer un milliard de livres sur l’éducation « à la mode », faîtes un raccourci avec « les accords toltèques » pour votre plus grand bien, et le leur! Parce qu’au lieu de s’acharner sur les méthodes, il y a un adulte à rééduquer parfois. »

D’ailleurs je t’ai déjà parlé des accords toltèques…

Et oui, si toi comme moi voulons être bienveillant avec nos enfants, il faut également être bienveillant avec tous les êtres humains… quelque soit la méthode…